Le nuit de l'astronomie au champ du feu

(manifestation organisée par le F4A, qui a eu lieu le 21 avril 2018)

Participants : Harald Kehl, Patrick Moison, Patrick Varlois et Alain Frécaut.

 F5N6056

 

Cette manifestation a bénéficié d’une page d’information dans les DNA. Les clubs participant étaient pour la plus part alsaciens, mais il y en avait aussi de Phalsbourg, Sarrebourg, St.Dié et quelques allemands.

Tôt le matin nous sommes partis pour le champ du feu. Mais sur le trajet, il y a Unterlinden à Colmar, un magasin d'astronomie bien connu. Passage obligatoire donc, qui nous a occupé la matinée. Alain y a cassé sa tirelire mais c’était pour une bonne cause. Il a été conseillé par un vendeur compétent. Harald a testé soit la méconnaissance, soit l’incompétence d’un vendeur et est repartis bredouille. Patrick Moison a eu les informations qu’il souhaitait.

Après un rapide repas et une conduite énergique, nous sommes arrivés sur le site de l’évènement qui se trouve au champ du feu. Le Champ du feu est le point culminant du Bas-Rhin au Ban de la Roche, à 1099 mètres d'altitude, sur les bans des communes de Belmont et du Hohwald. Le site dispose d'un Parking d’environ 400m de long qui longe la route. Les voitures se garent coté route, les télescopes sont montés cotés verdure.

Lorsque nous sommes arrivés sur le site il n’y avait pas grand monde. Il faut dire que nous étions « un peu en avance ». Nous en avons profité pour donner un cours de photographie à Alain pour combler sa méconnaissance du « retardateur » de son Nikon . Nous avons ensuite discuté avec un certain nombre d'astronomes amateurs qui avaient amenés leur matériel. Et il y en avait !

Des petits :

 F5N6097

des gros :

 F5N6150

des très gros :

 F5N6083

De temps en temps, les nuages laissaient passer la lumière du soleil, ce qui nous permettait quelques observations sur divers appareils :

 F5N6087

 

 F5N6100

 

 F5N6106

Au fur et à mesure que le soleil déclinait, le public arrivait en masse. A tel point que le parking fut rapidement rempli et que les voitures se garaient sur la route. Ce manège de voitures gênait fortement les observations, car la haie qui séparait la route du parking avait été enlevée. Dommage.

Nous avons eu la chance de rencontrer un astronome d’un autre temps et tellement passionné. Il avait monté son télescope «fait maison », des années d’avant Mathusalem une pièce de musée :

 F5N6068

 

Et son véhicule de la même époque :

 F5N6127

Il nous disait qu’il a fait tous ses instruments lui-même. Son métier ? Garde champêtre. Alors, au hasard, je lui disais qu’à Sarreguemines il y avait G. FLORSCH qui avait également fait des instruments lui-même. Alors là !!! Il s’est avéré qu’il a bien connu G. FLORSCH et son frère. 

Un autre astronome de Strasbourg, qui avait un gros Schmidt-Cassegrain Takahashi et qui avait habité Sarreguemines dans son jeune âge avait également connus G. FLORSCH.

Un autre « fou » intéressant par son matériel et son expérience : l’astronome de Puttelange. C’est un passionné de l’observation visuelle. Il se déplace régulièrement en Afrique du Sud pour sa passion.

Son Dobson de 500 mm :

 F5N6080

 F5N6099

 F5N6110

 

Une fois le soleil couché, les observations d'étoiles, de nébuleuses et de galaxies, sans oublier la lune, ont commencé. Il fallait faire la queue pour observer sur les gros Dobson, de 400, 500 ou 720. Un spectacle magnifique pour qui n'a jamais observé avec de tels appareils. Mais discuter avec des astronomes amateurs disposant de matériel plus modeste est toujours aussi passionnant et nous permet d'améliorer nos connaissances. Par exemple, Harald qui n'avait pas trouvé, chez Unterlinden, ce qu'il lui fallait, a obtenu des pistes en discutant avec un astronome amateur qui avait une toute petite Coronado. Cet astronome amateur lui a donné quelques conseils qui pourraient résoudre son problème de prise de vue sur la Coronado. C'est un super bricoleur de St. Die qui s'est fait un télescope de 412mm en découpant une casserole pour avoir un rond parfait. Il a vendu, la veille, le dernier télescope comportant un miroir de sa fabrication. Il commande maintenant ses miroirs en Chine et construit tout ce qui va autour lui-même, y compris la monture car celles du commerce ne sont pas assez bien faites !

Il y avait même un photographe et un dessinateur du ciel :

Dessinateur

Le camion des astronomes de Strasbourg qui transportait plusieurs Dobson dont un de 500, était vraiment impressionnant au niveau de ses fonctionnalités. Une fois les télescopes sortis et installés, l'intérieur se transforme en un véritable observatoire, avec table, chaise, ordinateurs, grand écran,...de quoi observer tranquillement bien au chaud. Voici une photo de l'intérieur :

 F5N6160

Cette manifestation n’avait pas de programme établis. Les astronomes venaient, s’installaient et le publique déambulait à sa guise. Le seul évènement planifié était la photo de groupe sur laquelle seuls les astronomes amateurs étaient prévus, mais nous nous sommes glissés dans la masse :

 Photo de groupe nda

Des problèmes d'allergie et de fatigue, nous ont amené à quitter la manifestation vers 23h30, alors qu'elle bâtait son plein. Impressionnant de voir autant de monde, petits et grands faire des kilomètres un samedi soir pour observer le ciel étoilé. Il faut dire que le grand nombre d'astronome amateurs a permis à chacun de trouver son bonheur. De l'observation avec des jumelles jusqu'au Dobson de 720. Sans oublier les explications, laser au point, sur les constellations. Il faut vraiment remercier ces astronomes amateurs qui acceptent d'avoir autant de monde en pleine nuit en train de courir autour de leurs instruments si précieux et si fragile. Ce sont des personnes formidables.

En conclusion, c'est une participation à refaire. C'est un bel exemple de manifestation que nous pourrions peut-être suivre en organisant une telle soirée à Sarreguemines en dehors de la nuit des étoiles.

 

Les photos :